Menu Fermer

Arès | 10 faits intéressants sur le dieu grec de la guerre

Dans la mythologie grecque, Arès est le dieu de la guerre, du sang versé et de la violence. Il était le fils de Zeus et d’Héra, le roi et la reine des dieux. Comme Arès était le dieu de la guerre, il est généralement représenté avec un casque, un bouclier et une épée ou une lance. En outre, plusieurs animaux lui sont associés, notamment des vautours, des serpents et des chiens. Contrairement aux autres divinités olympiennes, le culte d’Arès n’était pas très répandu en Grèce. Une exception notable était les Spartiates qui vénéraient fortement le dieu de la guerre et lui faisaient des sacrifices. L’équivalent romain d’Arès est Mars et, contrairement à Arès, il était très vénéré par les Romains. Bien que les Grecs de l’Antiquité n’aient pas accordé d’importance à Arès, il est une figure majeure de la culture populaire d’aujourd’hui, qui y fait de nombreuses références. Apprenez-en plus sur le dieu grec de la guerre grâce à ces 10 faits intéressants.

#1 Arès est le dieu de la guerre, du sang versé et de la violence

Dans la mythologie grecque antique, Arès est le dieu de la guerre, du sang versé et de la violence. Le mot Arès est traditionnellement lié à un mot grec qui signifie « fléau, ruine, malédiction, imprécation ». Cela est logique étant donné le statut d’Arès en tant que dieu de la guerre. Athéna, la sœur d’Arès, était la déesse de la guerre et son équivalent féminin en un sens. Cependant, alors qu’Athéna représentait le côté discipliné et stratégique de la guerre, Arès représentait les aspects déplaisants de la guerre brutale et du massacre. C’est pourquoi, alors qu’Athéna était l’une des divinités les plus populaires de la Grèce antique, Arès n’a jamais été très apprécié. L’attitude des Grecs à son égard était au mieux ambivalente et son culte n’était pas très répandu en Grèce. Deux divinités guerrières de moindre importance qui sont également associées à Arès sont Enyalius, qui lui est pratiquement identique ; et Enyo, qui peut être décrit comme un pendant féminin d’Arès.

Le Ludovisi Ares
Le Ludovisi Ares – Version romaine d’un original grec

#2 Il était hautement estimé par les Spartiates

Une exception en Grèce dans leur attitude envers Arès était Sparte. En effet, Arès était très estimé à Sparte en raison de leur forte culture militariste. Dans les premiers temps à Sparte, des sacrifices humains lui étaient faits parmi les prisonniers de guerre. De plus, l’armée spartiate sacrifiait des chiens à Arès la veille de la bataille pour s’assurer son soutien. Dans l’est de Sparte se dressait également une statue archaïque d’Arès enchaîné, pour montrer que l’esprit de la guerre et de la victoire devait être maintenu dans la ville. Bien qu’Arès n’ait pas fait l’objet d’un culte commun, il existait des lieux de culte avec des temples dédiés au dieu en Crète, à Argos, à Athènes, à Erythrée, à Géronthrée, à Mégalopolis, à Tégée, à Thérapne et à Troezon. Parmi ceux-ci, le plus célèbre est le temple d’Arès, qui était situé dans la partie nord de l’agora d’Athènes.

Temple d'Arès à Athènes
Temple d’Arès, Agora antique, Athènes

#3 Il est l’un des douze dieux de l’Olympe

Ares est l’un des douze dieux de l’Olympe qui résidaient au sommet du mont Olympe. Les Olympiens sont une race de divinités qui sont une troisième ou quatrième génération d’êtres immortels et ils étaient adorés comme les principales divinités du panthéon grec. Les Olympiens ont réussi à devenir les divinités suprêmes après une lutte de 10 ans connue sous le nom de Titanomachie. Au cours de cette lutte, Zeus, le père d’Arès, a mené ses frères et sœurs à la victoire sur les Titans, qui étaient les divinités dominantes à l’époque. Bien qu’il y ait un certain nombre de résidents immortels au Mont Olympe, seuls 12 d’entre eux sont considérés comme les plus importants. Il s’agit des enfants des Titans Cronus et Rhéa, à savoir Zeus, Héra, Poséidon, Déméter et Hestia, ainsi que des principaux descendants de Zeus, à savoir Athéna, Apollon, Artémis, Arès, Héphaïstos, Hermès, Dionysos et Aphrodite. Bien qu’Arès soit l’une des douze divinités olympiennes, ses congénères et même ses parents ne l’appréciaient guère en raison de sa nature agressive.

Les douze dieux olympiens
Fragment d’un relief hellénistique représentant les douze Olympiens

#4 Arès est le fils de Zeus et d’Héra

Dans la mythologie grecque, Arès est l’aîné et le seul fils de Zeus, le roi des dieux ; et de sa sœur-épouse Héra. On considère généralement qu’il est né naturellement suite à l’union entre son père et sa mère. Cependant, il existe un autre mythe selon lequel Héra a eu Arès sans l’aide de Zeus en utilisant une herbe magique. Lorsque Zeus eut une fille sans mère, Héra fut furieuse et voulut avoir un fils sans père. Khloris, la déesse des fleurs et une nymphe, a fait toucher à Héra une fleur magique. Cette fleur magique la rendit enceinte et donna naissance à Arès. Aloadae est le nom collectif de deux géants, Otus et Ephialtes. Ils étaient les fils jumeaux de Poséidon, le dieu de la mer. Alors qu’Arès était encore un nourrisson, il a été capturé par Aloadae et mis dans une jarre de bronze pendant 13 mois. Lorsque la mère des géants découvrit ce qu’ils avaient fait, elle en informa Hermès, l’un des dieux de l’Olympe. C’est Hermès qui vint à la rescousse d’Arès et le libéra des griffes des géants.

#5 Arès était l’amant de la déesse du plaisir Aphrodite

Selon la mythologie grecque, Arès eut plusieurs intérêts amoureux et engendra de nombreux enfants de consorts mortelles et divines. L’amant le plus en vue d’Arès était Aphrodite ; la déesse olympienne de l’amour, de la beauté, du plaisir et de la procréation. Leur union divine a donné naissance aux dieux Eros, Anteros, Phobos, Deimos et Harmonia. Eros est connu comme le dieu grec de l’amour et du sexe. Son équivalent romain est le plus célèbre Cupidon. Anteros est le dieu de l’amour réciproque et Harmonia est la déesse immortelle de l’harmonie et de la concorde. D’autre part, Phobos et Deimos sont la personnification de la peur et de la terreur respectivement. Il est intéressant de noter qu’Arès a conçu plus d’enfants mortels que d’enfants divins. Parmi les autres rejetons mortels et semi-divins d’Arès figurent Aeropus, Alcippe et les Amazones.

Peinture d'Arès et Aphrodite
Peinture de Mars et Vénus – Équivalent d’Arès et d’… Aphrodite

#6 Il est souvent représenté dans l’art antique comme un guerrier prêt au combat

Dans l’art grec antique, Arès est généralement représenté comme un jeune guerrier barbu ou imberbe ; se tenant debout ; non vêtu ou semi-vêtu ; et toujours prêt au combat. De plus, il est souvent représenté portant un casque, une cuirasse métallique, des bottes blindées et un bouclier, ainsi qu’une épée ou une lance au fourreau. Le plastron métallique est parfois omis au profit d’une simple tunique. Dans l’art ancien, il se caractérise par des cheveux doux et bouclés, un corps musclé et des yeux bruns. Son expression peut être perçue comme audacieuse, lunatique, agressive, physiquement indomptée et peu fiable. Ares est aussi parfois représenté chevauchant son char à quatre chevaux et accompagné de chiens ou de vautours. Arès peut être assez difficile à identifier dans l’art grec ancien, car il y a peu de choses pour le distinguer des autres figures guerrières.

Statue d'Arès
Statue d’Arès de la villa d’Hadrien à Tivoli, Italie

#7 Il était associé à plusieurs animaux dont des vautours et des chiens

Dans la mythologie grecque, Arès était associé à des serpents, des vautours, des hiboux, des chiens et des sangliers dans différents contextes. Les serpents lui étaient associés en raison de ses habitudes sournoises, de sa nature destructrice et de son mauvais caractère. Les vautours et quelques espèces de hiboux sont analogues au dieu grec car ils étaient considérés comme des présages de guerre, de sédition et de malheur. Lorsqu’Aphrodite est tombée amoureuse d’Adonis, Arès s’est emporté. Dans cette référence, le dieu grec est associé aux sangliers car on pense qu’il s’est transformé en sanglier et a attaqué Adonis avec ses défenses pour le tuer. Comme nous l’avons déjà mentionné, l’armée spartiate sacrifiait des chiens à Arès la veille d’une bataille pour s’assurer son soutien. La nature agressive des chiens pourrait être la raison de leur lien avec Arès.

#8 La colline de l’Aréopage à Athènes est nommée ainsi en raison d’un mythe mettant en scène Arès

Alcippe était la fille d’Arès et d’Aglaulus. Halirrhothius, le fils du dieu de la mer Poséidon, viola Alcippe. Par vengeance et une immense colère, Arès tua Halirrhothius. Pour ce meurtre, Poséidon convoqua Arès devant le tribunal des dieux olympiques. Le procès a eu lieu sur un affleurement rocheux situé au nord-ouest de l’Acropole d’Athènes, en Grèce. Arès a été acquitté par le tribunal composé de ses semblables. En raison de ce procès, la colline est devenue connue sous le nom d’Aréopage. Ce nom est la forme composite en latin tardif du nom grec Areios Pagos, traduit par « colline d’Arès ». Dans la Grèce antique, l’Aréopage servait de tribunal pour juger les homicides volontaires, les blessures et les affaires religieuses. Plus tard, les Romains ont désigné la colline rocheuse comme la « colline de Mars », d’après Mars, l’équivalent romain du dieu grec.

L'Aréopage
L’Aréopage vu de l’Acropole

#9 Mars est l’équivalent romain d’Arès

Dans la mythologie romaine, Mars est considéré comme le Dieu de la guerre et il peut être considéré comme l’équivalent romain d’Arès. Ses représentations dans l’art romain sont similaires à celles d’Arès dans l’art grec. En outre, la mythologie romaine indique également que Mars était le fils de Jupiter, le roi des dieux romains, et de sa femme Junon. L’influence grecque ayant eu un impact profond sur la religion romaine, Mars possédait de nombreux attributs similaires à ceux d’Arès. C’est pourquoi il a été complètement confondu avec Arès dans l’art et la littérature romains. Cependant, la nature et la moralité de Mars diffèrent fondamentalement de celles de son homologue grec. Alors qu’Arès est généralement considéré avec dérision et répulsion dans le folklore grec, ce n’est pas le cas de Mars. De plus, alors qu’Arès était considéré en Grèce comme une force principalement destructrice et déstabilisatrice, Mars représentait la puissance militaire comme moyen d’assurer la paix et était considéré comme un père du peuple romain.

Statue de Mars à Rome
Statue de Mars aux musées du Capitole à Rome

#10 Arès est l’antagoniste principal du jeu populaire God of War

À l’époque contemporaine, Arès est dépeint comme un violent fauteur de guerre aux aspects hostiles et combatifs. Le dieu grec figure dans la populaire série télévisée américaine Xena : Warrior Princess. Dans cette série, il est présenté comme un dieu en conflit, déchiré entre son désir passionné pour Xena et son désir inhérent d’encourager la guerre. Dans le film de 2017, Wonder Woman, basé sur un personnage de DC comics, Ares joue le rôle de l’antagoniste principal. Il est dépeint comme le fils perfide de Zeus et le demi-frère de Diana/Wonder Woman. En Grèce, de nombreux clubs sportifs portent le nom d’Arès, dont le plus célèbre est l’Aris Thessalonique. Il existe également de nombreux jeux vidéo qui utilisent Arès comme personnage, le plus célèbre d’entre eux étant « God of War ». En science, Ares est le nom du vaisseau de transport de la NASA qui remplace la navette spatiale. En musique, Bloc Party, un groupe de rock anglais, a enregistré une chanson « Ares » sur son troisième album studio, Intimacy.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *