Menu Fermer

L’effet orographique et son effet sur la météo

Lorsque l’air atteint les pentes des montagnes ou des escarpements, il est obligé de s’élever avec l’élévation du terrain physique. En gagnant de l’altitude, la température commence à baisser en raison du refroidissement adiabatique*. L’air continue à se refroidir en continuant à s’élever le long des pentes.

(*Le refroidissement adiabatique est la réduction de la chaleur due à l’expansion de l’air. Lorsque l’air s’élève dans l’atmosphère, la pression barométrique diminue, ce qui permet à l’air de se dilater et de se refroidir. Ce processus se déroule sans qu’aucune chaleur ne soit ajoutée ou retirée du système).

Lorsque l’air atteint le point de rosée (la température à laquelle l’eau ne peut plus rester à l’état gazeux) tout en continuant à s’élever le long des pentes de la montagne, la condensation a lieu.

Si l’humidité est suffisante dans les nuages, les gouttelettes d’eau qu’ils contiennent vont grossir suffisamment pour entraîner des précipitations. La quantité de précipitations peut varier de légères bruines à des averses torrentielles, en fonction de la quantité d’humidité contenue dans les nuages.

Effet du soulèvement orographique sur la végétation

Le processus et l’influence de l’effet orographique ne s’arrêtent pas au refroidissement de l’air et aux précipitations qui en résultent contre les pentes ascendantes d’une montagne.

La création de deux conditions météorologiques très différentes

Au moment où l’air atteint le sommet d’une montagne, il est froid et sec en raison du refroidissement adiabatique et des précipitations qui ont eu lieu. Habituellement, sur le versant sous le vent de la montagne, le terrain s’abaisse au même rythme que le versant au vent.

Avec l’abaissement du terrain, la gravité force l’air sec à descendre les pentes de la montagne. En descendant, l’air se comprime en raison de l’augmentation de la pression barométrique plus près du sol. Cette compression entraîne un réchauffement de l’air par chauffage adiabatique.

L’effet sur la végétation

L’air froid et humide du côté au vent et l’air chaud et sec du côté sous le vent d’une montagne ont un effet important sur la végétation.

Conditions météorologiques sur les pentes au vent

Souvent, le soulèvement orographique se produit lorsqu’une montagne est située près de l’océan ou d’une grande étendue d’eau. Les vents humides qui soufflent depuis les rivages entraînent un apport constant d’eau sur les versants de la montagne qui font face à la mer ou au lac, ce qui donne lieu à des précipitations à grande échelle.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *