Menu Fermer

Marie et Pierre Curie isolent le radium

Le 20 avril 1902, Marie et Pierre Curie réussissent à isoler des sels de radium radioactifs à partir du minéral pechblende dans leur laboratoire à Paris. En 1898, les Curie ont découvert l’existence des éléments radium et polonium dans leurs recherches sur la pechblende. Un an après avoir isolé le radium, ils partageront le prix Nobel de physique de 1903 avec le scientifique français A. Henri Becquerel pour leurs recherches révolutionnaires sur la radioactivité.

Marie Curie est née Marie Sklodowska à Varsovie, en Pologne, en 1867. Fille d’un professeur de physique, elle était une élève douée et en 1891, elle est allée étudier à la Sorbonne à Paris. Avec les plus hautes distinctions, elle obtient une licence en sciences physiques en 1893 et en mathématiques en 1894. Cette année-là, elle rencontre Pierre Curie, un physicien et chimiste français réputé qui a réalisé d’importants travaux sur le magnétisme. Marie et Pierre se marient en 1895, marquant le début d’un partenariat scientifique qui atteindra une renommée mondiale.

LIRE PLUS : Marie Curie : Faits sur la chimiste pionnière

À la recherche d’un sujet pour sa thèse de doctorat, Marie Curie a commencé à étudier l’uranium, qui était au cœur de la découverte de la radioactivité par Becquerel en 1896. Le terme de radioactivité, qui décrit le phénomène de rayonnement provoqué par la désintégration des atomes, a en effet été inventé par Marie Curie. Dans le laboratoire de son mari, elle étudie le minéral pechblende, dont l’uranium est l’élément primaire, et signale l’existence probable d’un ou plusieurs autres éléments radioactifs dans ce minéral. Pierre Curie la rejoint dans ses recherches, et en 1898, ils découvrent le polonium, du nom de la Pologne natale de Marie, et le radium.

Pendant que Pierre étudie les propriétés physiques des nouveaux éléments, Marie travaille à isoler chimiquement le radium de la pechblende. Contrairement à l’uranium et au polonium, le radium ne se trouve pas librement dans la nature, et Marie et son assistant André Debierne ont laborieusement raffiné plusieurs tonnes de pechblende afin d’isoler un dixième de gramme de chlorure de radium pur en 1902. Les résultats de ces recherches lui valent de recevoir son doctorat ès sciences en juin 1903 et, plus tard dans l’année, de partager le prix Nobel de physique avec son mari et Becquerel. Elle est la première femme à recevoir un prix Nobel.

Pierre Curie est nommé à la chaire de physique de la Sorbonne en 1904, et Marie poursuit ses efforts pour isoler du radium pur, non chloruré. Le 19 avril 1906, Pierre Curie est tué dans un accident dans les rues de Paris. Bien que dévastée, Marie Curie s’engage à poursuivre ses travaux et, en mai 1906, elle est nommée au siège de son mari à la Sorbonne, devenant ainsi la première femme professeur de l’université. En 1910, avec Debierne, elle réussit enfin à isoler le radium pur et métallique. Pour cette réalisation, elle est l’unique lauréate du prix Nobel de chimie en 1911, ce qui fait d’elle la première personne à obtenir un deuxième prix Nobel.

Elle s’intéresse aux applications médicales des substances radioactives, travaillant sur la radiologie pendant la Première Guerre mondiale et sur le potentiel du radium comme thérapie contre le cancer. À partir de 1918, l’Institut du radium de l’Université de Paris a commencé à fonctionner sous la direction de Curie et a été, dès sa création, un centre majeur de chimie et de physique nucléaire. En 1921, elle visite les États-Unis et le président Warren G. Harding lui offre un gramme de radium.

La fille de Curie, Irène Curie, était également physico-chimiste et, avec son mari, Frédéric Joliot, a reçu le prix Nobel de chimie en 1935 pour la découverte de la radioactivité artificielle. Marie Curie est morte en 1934 d’une leucémie provoquée par quatre décennies d’exposition à des substances radioactives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *