Menu Fermer

Priorités en bref – Soins centrés sur la personne et la famille

Septembre 2016

La question : Soins centrés sur la personne et la famille

Les soins centrés sur la personne, qui considèrent une personne demandant des soins comme un individu ayant des besoins et des opinions uniques plutôt que comme un simple patient malade, nécessitent un partenariat solide entre le prestataire et le patient dans lequel les deux parties partagent le pouvoir et la responsabilité de la prise de décision clinique et de la gestion des soins. Les patients et les prestataires doivent travailler ensemble pour s’assurer que les patients ont accès à des informations et à des outils appropriés et facilement compréhensibles pour les aider à gérer correctement leur santé. Des études ont montré que lorsque la prestation des soins n’est pas centrée sur la personne et la famille, les patients sont plus susceptibles de surutiliser les services de soins de santé et moins susceptibles d’adhérer aux plans de soins qui leur ont été prescrits.

Une étude menée en 2011 auprès d’adultes en Californie a utilisé un instrument d’analyse interactionnelle pour caractériser les soins primaires centrés sur le patient, et a constaté que les adultes dont l’équipe soignante a fourni une quantité de soins centrés sur le patient plus élevée que la moyenne tout au long de l’année ont connu une diminution significative du nombre annuel de visites pour des soins spécialisés, des hospitalisations moins fréquentes et moins de tests de laboratoire et de diagnostic.1 Des soins réussis centrés sur la personne impliquent plus que la réussite des soins cliniques ; cela signifie également que les patients obtiennent leurs propres résultats souhaités.

Une étude de 2011 a révélé que les soins primaires centrés sur le patient peuvent entraîner une diminution de l’utilisation des services.

La solution de la stratégie nationale de qualité

La stratégie nationale de qualité appelle toutes les parties prenantes à promouvoir des soins centrés sur la personne et la famille dans l’ensemble du système de santé en se concentrant sur trois objectifs à long terme :

  • Améliorer l’expérience des patients, des familles et des soignants en matière de soins liés à la qualité, à la sécurité et à l’accès dans tous les milieux.
  • En partenariat avec les patients, les familles et les soignants – et en utilisant un processus de prise de décision partagée – élaborer des plans de soins culturellement sensibles et compréhensibles.
  • Permettre aux patients et à leurs familles et soignants de naviguer, de coordonner et de gérer leurs soins de manière appropriée et efficace.

Les références répétées de l’Affordable Care Act (ACA) à la satisfaction des patients, à l’engagement et à la prise de décision partagée ont cimenté l’idée de soins centrés sur le patient comme un élément clé de la prestation de soins de santé de qualité aux États-Unis. Les nouveaux modèles de prestation de soins, y compris les maisons médicales centrées sur le patient (PCMH), visent à garantir que le traitement du patient est coordonné par un médecin de soins primaires afin que chacun reçoive les soins dont il a besoin, d’une manière qu’il comprend, de la part d’un clinicien en qui il a confiance.2 Les PCMH et autres modèles de prestation de soins proposent de fournir des soins qui peuvent s’adapter facilement aux circonstances individuelles et familiales, aux différentes cultures, aux langues, aux handicaps, à la littératie en matière de santé et aux milieux sociaux, tout en permettant de réaliser des économies. Un examen de 20 études sur les PCMH publié en janvier 2014 a révélé que 60 pour cent des PCMH ont signalé des réductions de coûts ou une diminution des visites aux urgences, et 30 pour cent ont signalé une amélioration de la santé de la population.3

60 pour cent des maisons médicales centrées sur le patient signalent des réductions de coûts.

Où en sommes-nous maintenant : Graphique des soins centrés sur la personne 2015

Le Graphique des soins centrés sur la personne du rapport national sur la qualité des soins de santé et les disparités de 2015 a montré une forte performance sur les mesures des soins centrés sur la personne et la famille. Quatre-vingt-huit pour cent de ces mesures se sont améliorées, contre 60 pour cent de toutes les mesures de qualité suivies dans le rapport, et aucune mesure de soins centrés sur la personne et la famille n’a montré une détérioration de la qualité. Trois mesures ont atteint un taux de réussite de 95 % : Les enfants qui ont eu une visite chez le médecin ou dans une clinique au cours des 12 derniers mois dont les prestataires de soins 1) ont parfois ou jamais écouté attentivement, 2) ont parfois ou jamais expliqué les choses d’une manière qu’eux ou leurs parents pouvaient comprendre, 3) et ont parfois ou jamais montré du respect pour ce qu’eux ou leurs parents avaient à dire.

Une mesure pertinente des soins centrés sur la personne et la famille est le pourcentage de patients qui ont signalé une mauvaise communication avec leur prestataire de soins de santé, car des soins de santé optimaux nécessitent une bonne communication entre les patients et les prestataires. De 2002 à 2013, le rapport a constaté que le pourcentage d’adultes qui ont une mauvaise communication avec les prestataires de soins de santé a considérablement diminué pour tous les groupes ethniques et tous les groupes d’éducation.

Les adultes qui ont eu une visite dans un cabinet médical ou une clinique au cours des 12 derniers mois et qui ont une mauvaise communication avec les prestataires de soins de santé, par ethnie et par éducation, 2002-2013

Source : Agency for Healthcare Research and Quality, Medical Expenditure Panel Survey, 2002-2013.
Note : pour cette mesure, les taux les plus bas sont meilleurs. Les blancs et les noirs sont des personnes non hispaniques. Les hispaniques comprennent toutes les races. Les adultes dont les prestataires de santé ont parfois ou jamais écouté attentivement, expliqué clairement les choses, respecté ce qu’ils avaient à dire ou passé suffisamment de temps avec eux sont considérés comme ayant une mauvaise communication avec les prestataires de santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *