Menu Fermer

Traitement au laser des lacs veineux

Les lacs veineux des lèvres sont des ectasies vasculaires bénignes qui ont été traitées soit par cryothérapie, soit par des lasers vasculaires à modalité unique. La cryochirurgie1, l’électrodessiccation, l’excision, la coagulation infrarouge2 et les lasers CO23 et argon4 ont tous été utilisés avec un succès variable en fonction de la profondeur de la lésion. Les lasers de plus grande longueur d’onde sont souvent utilisés pour traiter la profondeur et améliorer le succès au détriment du confort. Cet article décrit la résolution réussie de six patients présentant des lacs veineux localisés sur la lèvre avec un laser à colorant pulsé à double longueur d’onde (595 nm) et un laser Nd:YAG (1 064 nm). Aucune anesthésie n’a été nécessaire pour traiter les lésions.
Histoire avec la science du laser
L’ophtalmologie est une spécialité qui a été intimement liée aux lasers et à la science du laser depuis le milieu des années 1900. La photocoagulation rétinienne avec la technologie laser a d’abord été présentée à l’ophtalmologiste pour le traitement de la rétinopathie diabétique. Depuis lors, la science du laser s’est étendue au développement de lasers pour le glaucome et la chirurgie réfractive. Les ophtalmologistes sont particulièrement qualifiés dans le domaine de la science du laser et de l’optique, une grande partie de leurs programmes de résidence étant consacrée aux procédures laser. C’est donc une seconde nature pour les procédures laser esthétiques de susciter l’intérêt du monde ophtalmique.

Lors des examens oculaires de routine, non seulement la zone périoculaire est vérifiée à la recherche d’une pathologie, mais l’ensemble de l’examen du visage est noté, de l’asymétrie de la pâleur de Bell à la rosacée de la peau, qui peut être la raison principale de l’irritation oculaire, en passant par les photodommages de la peau et les préoccupations cancéreuses. Il n’est donc pas rare que l’ophtalmologiste aide à diagnostiquer et à discuter d’autres problèmes faciaux. Combinées à la connaissance intime des lasers, les procédures laser esthétiques sont un ajustement naturel pour les ophtalmologistes.
Les lacs veineux
Les lacs veineux sont des ectasies vasculaires bénignes couramment acquises qui ont une prédilection à se former sur les zones exposées au soleil comme la lèvre et la région de la tête et du cou des patients âgés. William Bennett Bean et John R. Walsh ont été les premiers à publier un article sur les lacs veineux, en 1956.5 Ils ont décrit cette lésion vasculaire comme ayant une nodularité compressible. Dans leur publication, ils ont décrit une distribution disproportionnée chez les patients masculins.

La couleur sombre et la nodularité de la lésion peuvent mimer un mélanome. Les patients se présenteront à leur médecin soit en raison de leur inquiétude, soit en raison de problèmes de saignement stimulés par un traumatisme mineur dans la région de la lésion.
Histologiquement, un lac veineux est une ectasie d’un ou plusieurs canaux d’interconnexion survenant au sein de détériorations du réseau tridimensionnel de tissu conjonctif de l’adventice vasculaire et du derme.6 Typiquement, aucun muscle lisse ou tissu élastique n’est trouvé dans la paroi du vaisseau. Des preuves d’élastose solaire et d’autres aspects de photodommages peuvent être trouvées dans le derme des tissus adjacents.7
Les lacs veineux peuvent être sensibles au laser à colorant pulsé seul lorsqu’ils sont petits et plus superficiels. Au fur et à mesure que la lésion augmente en nodularité, en épaisseur et en profondeur, des lasers de plus grande longueur d’onde sont nécessaires pour obtenir des résultats finaux cliniques de clairance.
Traitement
Douze lacs veineux chez six patients ont été traités avec un laser vasculaire à double longueur d’onde (Cynergy, Cynosure, Westford, Mass.). Tous les patients étaient de type III de la peau de Fitzpatrick et le rapport homme/femme était de 0,66. L’âge médian était de 53 ans. Cinq des six patients avaient une seule lésion située sur la lèvre inférieure et un patient avait sept lacs veineux sur sa lèvre inférieure. Aucun patient n’avait reçu de traitement antérieur pour sa lésion. Aucun patient n’a reçu d’anesthésie topique ou injectable pendant la procédure.
Avant chaque traitement, des photographies ont été prises et le consentement éclairé discuté et signé.
Des écrans oculaires en forme de dôme ont été placés sur les yeux du patient.
Une pièce à main de 7 mm a été utilisée qui était attachée à un refroidissement par air pour la protection de l’épiderme (SmartCool, Cynosure). Les paramètres étaient compris entre 7 et 8 J/cm2 pour le laser à colorant pulsé avec une durée d’impulsion de 10 ms et un court délai. La fluence du laser Nd:YAG à impulsions séquentielles était comprise entre 30 et 40 J/cm2. Le critère clinique était un changement de couleur de la couleur violacée d’origine à un assombrissement transitoire suivi d’une couleur grise. Chaque lacération veineuse a atteint ce point final clinique en quatre impulsions ou moins. Chez un patient, la lésion a disparu jusqu’à la perceptibilité nue immédiatement après le laser (Voir Figure 1).

iv

Résultats

Les 12 lacs veineux s’étaient tous complètement résorbés lors du suivi à sixsemaine de suivi. Chaque patient était satisfait des résultats de son traitement. (Voir figures 2 à 7).
Pour simplifier le traitement au laser des lacs veineux, nous avons envisagé un laser à double longueur d’onde qui pourrait être utilisé pour traiter toute la profondeur de la lésion. La conversion de l’hémoglobine en méthémoglobine par le 595 nm permet d’utiliser pleinement l’impulsion séquentielle de la longueur d’onde de 1 064 nm en raison des caractéristiques d’absorption améliorées du laser Nd:YAG pour la méthémoglobine par rapport à l’hémoglobine. Cela se traduit par des fluences plus faibles nécessaires pour atteindre la résolution clinique et donc un plus grand confort pour le patient.
Les lasers à argon et CO2 ont été utilisés pour traiter les lacs veineux, cependant, des problèmes de complication de cicatrices, de lésions texturales et pigmentées sont survenus à un taux plus élevé qu’acceptable.8 Par la suite, le traitement au laser dirigé par chromophore a émergé et a été étudié pour traiter les lacs veineux9.

Susanne Astner, MD, et ses collègues ont décrit des traitements avec une pointe de 12 mm, un refroidisseur et des fluences Nd:YAG de 45 à 60 J/cm2 avec des durées d’impulsion de 30 ms.6 Ces paramètres permettent d’obtenir une coagulation de la lésion vasculaire, mais sont associés à un inconfort marqué. Des blocs nerveux ou une anesthésie topique peuvent être nécessaires pour maintenir le confort du patient.
Monica Roncero, MD, et ses collègues ont été les premiers à publier un article sur le laser à double longueur d’onde pour les lacs veineux. Leurs paramètres étaient légèrement supérieurs avec le Nd:YAG avec des durées d’impulsion plus longues. Ils ont obtenu un taux de clairance de 95 % avec leur méthode.
Nous proposons un ensemble de paramètres légèrement différent avec des durées d’impulsion plus courtes et une fluence Nd:YAG plus faible que celle du Dr Roncero et al. Avec ces fluences plus faibles, l’anesthésie topique n’est pas nécessaire. Le laser à double longueur d’onde, émettant séquentiellement 595 nm et 1 064 nm, a permis d’obtenir une clairance de 100 % après un traitement. e Dr Saluja exerce au West Coast Eye Care. Elle a été consultante pour Cynosure mais n’a aucun intérêt financier dans les produits mentionnés. Contactez-la à l’adresse [email protected]
1. Suhonen R, Kuflik EG. Lacs veineux traités par cryochirurgie à l’azote liquide. Br J Dermatol 1997;137 : 1018-19.
2. Ah-Weng A, Natarajan S, Velangi S, Langtry JA. Lacs veineux de la lèvre vermillon traités par coagulation infrarouge. Br J Oral Maxillofac Surg 2004 ; 42 : 251-3.
3. Del Pozo J, Pena C, Garcia Silva J, Goday JJ, et al. Venous lakes : a report of 32 cases treated by carbon dioxide laser vaporization. Dermatol Surg 2003 ; 29 : 308-10.
4. Neumann RA, Knobler RM. Lacs veineux (Bean-Walsh)
5. Bean WB, Walsh JR. Lacs veineux. AMA Arch Derm. Nov 1956;74(5):459-63.
6. Astner S, Anderson R. Treating Vascular Lesions. Derm Therapy. 2005 : 18 : 267-281
7. Hernandez C. Lacs veineux. E médecine. Nov. 2009
8. Apfelberg DB, Maser MR, Lash H, Flores J. Expanded role of the argon laser in plastic surgery. J Dermatol Surg Oncol 1983;9:145-51.
9. Cheung ST, Lanigan S. W. Evaluation du traitement des lacs veineux avec le laser à colorant pulsé 595-nm : A case series. Clin Exp Dermatol 2007 Mar;32(2):148-50. Epub 2007 Jan 18.
10. Roncero M, Canueto J, Blanco S, Unamuno P, Boixeda P. Multi wavelength Laser Treatment of Venous Lakes. Dermatol Surg 2009;35:1942-1946
.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *